Phrases assassines Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • «T’es schizo ou quoi?», «Quel mytho!», «Laisse, il doit sûrement être bipolaire»… Des petites phrases anodines entendues dans la rue, le bus ou le tram, que les ados se lancent sans trop réfléchir ou que vous avez peut-être vous-même prononcées d’un ton ironique, sans penser à mal, pour charrier un ami. Mais des phrases assassines pour les personnes souffrant réellement d’une maladie du cerveau. Et pour leurs proches, qui se comptent par centaine de milliers en Suisse – la schizophrénie, on a tendance à l’oublier, est cinq fois plus répandue que la maladie de Parkinson.

    Or, ces abus de langage sont stigmatisants. Ils contribuent à réduire une épouse ou un mari aimé, un enfant chéri, avec leurs rêves et leurs émotions, à leur pathologie. Ils participent de la marginalisation de personnes qui, pour guérir, ont besoin d’un entourage bienveillant. Ce à quoi travaille justement l’association valaisanne Synapsespoir. Depuis treize ans, elle se bat pour tendre la main aux proches de personnes en souffrance psychique. C’est à sa demande que le psychiatre Alexandre Chanachev, interviewé dans l’Echo, viendra du canton de Fribourg pour donner une conférence à Martigny le 27 octobre. Pour rappeler que le trouble bipolaire, qui conduit plus souvent au suicide que les autres maladies mentales, ne devrait jamais être pris à la légère. Et pour dire aux familles confrontées à cette réalité: «Ne baissez pas les bras, car votre amour et votre patience contribuent à sauver l’être aimé».

    Près de 60% des malades consomment des drogues.

    Si un traumatisme – deuil, rupture, accident, etc. – déclenche souvent la schizophrénie ou le trouble bipolaire chez des personnes qui y sont génétiquement prédisposées, le stress et la pression sociale jouent aussi un rôle déterminant. Le plus grand obstacle à la guérison, dit le psychiatre, est la drogue. Près de 60% des personnes souffrant d’un trouble bipolaire en consomment – l’alcool en particulier. Ce constat devrait interroger une société obsédée par la performance et les apparences dans laquelle les psychotropes deviennent de plus en plus incontournables pour tenir le rythme… quand ce n’est pas le travail lui-même qui est une drogue. Rythme effréné, drogues et exclusion sociale nourrissent un cercle vicieux qui devrait nous appeler à lever le pied. Pour prendre un peu de recul, ouvrir nos cœurs et éviter les phrases assassines. 

    Articles en relation


    Santé mentale

    S’il n’est pas soigné, le trouble bipolaire peut conduire au suicide plus souvent que les autres maladies mentales. Le psychiatre Alexandre Chanachev nous a reçu le 10 octobre dans son cabinet à Bulle (FR) pour la Journée mondiale de la santé mentale. Invité par une association de proches de personnes en souffrance psychique, il donnera une conférence le 27 octobre à Martigny (VS).


    Témoin: sublimer sa schizophrénie

    Fin septembre, le chansonnier, poète et psychologue Pierre Dominique Scheder proposera de découvrir Lausanne dans les pas d’un âne… Portrait d’un septuagénaire qui est parvenu à sublimer sa schizophrénie.


    Un monde raisonnable

    «C’est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous.» Cette phrase d’Erasme dans son Eloge de la folie, publié en 1511, entre en résonance avec le parcours du chansonnier, poète et psychologue vaudois Pierre Dominique Scheder. Souffrant de schizophrénie et de dépression, celui-ci a vécu sept ans d’enfer dans les années 1980 avant d’en sortir progressivement et de dédier sa vie professionnelle à ses camarades de folie.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    L’adieu au rêve

    16-07-2024

    L’adieu au rêve

    Un jeune amateur de sport à la fin des années 1990 en Valais pouvait tout imaginer. Un feu d’artifice au-dessus de Valère et de Tourbillon plus imposant que celui du...

    Les oubliés des Jeux

    16-07-2024

    Les oubliés des Jeux

    Les perturbations politiques l’ont fait un peu oublier, mais Paris accueille dans quelques jours les Jeux olympiques d’été. Apparemment peu enthousiaste, la population redoute le chaos, quand d’aucuns parlent déjà...

    Dans nos campagnes (3/7): Le damasson, pépite à transformer

    16-07-2024

    Dans nos campagnes (3/7): Le damasson, pépite à transformer

    Le Valais a l’abricotine et Zoug le kirsch; le Jura a la damassine. Protégée par une AOP, cette eau-de-vie montre que le produit transformé compte parfois plus que le fruit...

    Maison de quartier aux Grottes

    16-07-2024

    Maison de quartier aux Grottes

    Depuis 28 ans, l’équipe de l’association de quartier Pré en bulle, à Genève, déploie toute sa créativité pour renforcer les liens sociaux et amener les habitants à se rencontrer. Des...

    150 d’impressionnisme: Louise Breslau

    16-07-2024

    150 d’impressionnisme: Louise Breslau

    Ayant grandi à Zurich avant de faire carrière à Paris, Louise Catherine Breslau (1856-1927) peut être considérée comme l’artiste impressionniste suisse la plus fameuse. Au MCBA de Lausanne, on admire...

    Saint-Loup soigne sa mue

    16-07-2024

    Saint-Loup soigne sa mue

    Santé et spiritualité ont fait la réputation du plateau situé sur les hauts de Pompaples. Pour ne pas la perdre, la communauté religieuse qui s’y est installée en 1852 doit...

    Synode: déceptions à prévoir

    16-07-2024

    Synode: déceptions à prévoir

    La dernière étape du chemin synodal lancé par François ne répondra pas aux attentes de certains milieux. L’Instrumentum laboris qui servira de base de travail aux discussions de cet automne...

    TV: Quand le sport fait mal

    16-07-2024

    TV: Quand le sport fait mal

    Abus physiques, psychologiques, émotionnels et sexuels: les jeunes sportifs d’élite sont au cœur d’une véritable «course à l’armement sportif» et d’une course aux médailles. Enquête accablante et mise en lumière...

    L'animal du mois: Le sanglier

    17-07-2024

    L'animal du mois: Le sanglier

    Histoire Le sanglier. L’automne touche à sa fin, les arbres sont à présents dénudés, prêts à revêtir leur manteau d’hiver. Installé face à ce vaste horizon, je me laisse soudain surprendre...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés