James Cameron, le cinéaste des autres mondes Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Culture
  • James Cameron et le monde d’Avatar: l’union des créatures et de la nature. Trop idyllique pour être vrai? James Cameron et le monde d’Avatar: l’union des créatures et de la nature. Trop idyllique pour être vrai?

    De Terminator à Aliens, le retour en passant par Abyss, Titanic et le second volet d’Avatar, qui vient de sortir, le cinéaste canadien est le recordman des succès au box-office. Son amour de la science-fiction et des grands fonds marins est égal à son souci de l’environnement.

    L’avenir professionnel de James Cameron était-il tracé dès sa naissance le 16 août 1954 à Kapuskasing (Ontario) au Canada? Père ingénieur, mère peintre, sculptrice et décoratrice: son sang est coloré de technologie et d’art. «Depuis toujours, j’aime l’ingénierie et la narration, dit-il. Je suis un mélange de mon père et de ma mère non seulement sur le plan biologique, mais également au niveau de mes envies. Pour moi, le cinéma est une forme d’art technique.» Peut-être aussi son vif intérêt pour la mer et l’univers mystérieux des profondeurs océanes lui vient-il d’une enfance passée à deux pas des chutes du Niagara…

    Le box-office en émoi

    28B EM50James Cameron possède une collection de sous-marins et a exploré, seul aux commandes du minuscule Deepsea Challenger, le site le plus profond connu à ce jour. Descendant à 10’898 mètres dans la fosse des Mariannes dans l’océan Pacifique, baptisée Challenger Deep, il a établi le 26 mars 2012 le record mondial pour une plongée en solitaire.

    Sa passion pour le monde aquatique et l’exploration des profondeurs abyssales, le réalisateur devenu maître incontesté des effets spéciaux n’a eu de cesse de la cultiver. Tantôt au travers de documentaires comme Expedition Bismarck, retraçant le naufrage du célèbre cuirassé allemand torpillé le 26 mai 1941, ou Aliens of the Deep, consacré aux créatures des grands fonds marins. Tantôt au travers de la fiction. Il y a d’abord eu Terminator en 1984 (avant le second sept ans plus tard). Puis Abyss en 1989. Ensuite Titanic, le titanesque succès de Noël 1997! Sa réalisation coûta quelque 200 millions de dollars. Avec, en retour, 11 Oscars et une recette de 2,20 milliards de dollars!

    Titanic fut ainsi numéro un absolu au box-office, n’y étant détrôné qu’en 2009… par un autre film de James Cameron: Avatar, projeté en 3D, qui obtint 3 Oscars et dont la recette s’éleva à 2,92 milliards de dollars. Avengers: Endgame est venu s’intercaler entre eux depuis avec ses 2,79 milliards de dollars.

    Des histoires d’amour

    James Cameron a décidé, en août 2013, de créer une saga de quatre films qui constitueraient la suite d’Avatar. C’est ainsi qu’Avatar: la voie de l’eau vient d’arriver en grande pompe sur nos écrans le 14 décembre. L’eau, encore et toujours, pour une immersion avec les Na’vis, ces humanoïdes à la peau bleue qui habitent l’exolune Pandora. Ils vont mener pour la seconde fois une guerre difficile contre les humains afin d’assurer leur survie et celle de leur monde. La sortie du troisième épisode? Elle est attendue pour 2024. «Nous pouvons redonner vie très facilement au monde que nous avons bâti pour le premier film: arbres, poissons, insectes, personnages, etc. Tout est conservé sur des disques durs. Il ne reste, à chaque fois, qu’à trouver une histoire...», indique le réalisateur canadien.

    Les films de James Cameron valent surtout par leurs effets spéciaux époustouflants. Leurs scénarios, eux, manquent généralement de subtilité. Le réalisateur estime que l’avancée technologique a rendu les films d’aujourd’hui meilleurs en tant que «produits finis». Il pense aussi qu’en termes d’histoires, on ne pourra pas faire mieux que par le passé. Et de citer un film culte qu’il porte aux nues: Casablanca de Michael Curtiz. Avec Humphrey Bogart, Ingrid Bergman et Peter Lorre. C’était en 1942… «Ce qui importe, c’est de rester connecté au cœur humain, de permettre au spectateur de s’identifier aux personnages, d’éprouver des émotions, ajoute James Cameron. C’est pourquoi tous mes films sont finalement des histoires d’amour.»

    29A EM50

    Ce que nous perdons

    Pourquoi cette saga des Avatar? L’univers que le réalisateur a façonné lui semble propice à l’expression des messages qu’il veut délivrer: «Tout ce que je veux dire sur la famille, la durabilité, le climat, le monde naturel, tous ces thèmes qui sont essentiels à mes yeux, je peux les aborder sur la toile de fond d’Avatar».

    Le cinéaste canadien et ses quatre enfants, dont trois issus de son mariage avec sa cinquième épouse, l’actrice Suzy Amis, qui tenait un rôle dans Titanic, ont opté pour le végétalisme il y a dix ans. Convictions environnementales! James Cameron a d’ailleurs ouvert un restaurant végan en Nouvelle-Zélande, pays où il vit régulièrement. «Demander aux gens de changer de comportement, c’est comme leur demander de changer de religion, regrette-t-il. Pourtant, nous changerons ou nous mourrons! En nous remettant en contact avec un état d’émerveillement sur le monde naturel, Avatar est là pour nous rappeler ce que nous perdons.»

    Diplômé en physique de l’Université d’Etat de Californie, James Cameron est convaincu de la nécessité d’amener les gens à croire en la science. «J’en suis toujours fou, je demeure le gamin qui construisait des robots à partir de boîtes en carton. Mon amour pour le cinéma est venu plus tard, lorsque j’ai découvert 2001, l’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick. Réaliser des films me comble, mais mon cœur est avant tout celui d’un explorateur», a¦rme-t-il. 

     

    Surprendre encore?

     

    Nombre de critiques de cinéma prévoient une érosion, voire une chute, de l’intérêt des spectateurs à mesure que se succéderont les quatre films de la série Avatar. James Cameron croit au contraire que les spectateurs sont prêts à «écouter une variation sur un même thème» pour autant qu’on les surprenne. «C’est ce que j’ai fait avec Terminator 2, où le méchant du premier film devenait le gentil du second.» A vérifier sur les écrans de Suisse romande dès mercredi 14 décembre. 

     

    Articles en relation


    Cannes: Jury oecuménique

    En 1974, le Jury œcuménique du Festival de Cannes, qui se termine le 25 mai, remettait son premier trophée. Il a depuis distingué une longue liste de films pour leurs qualités artistiques, humaines et spirituelles.


    L’au-delà au cinéma

    L’au-delà occupe la place centrale de la 9e édition d’Il est une foi, le rendez-vous cinématographique de l’Eglise catholique romaine à Genève. Du 1er au 5 mai, le festival explore les multiples facettes de la vie après la mort à travers une sélection de films cultes enrichie de débats et d’invités.


    La lumière du Christ dans les salles obscures

    The Chosen, série américaine sur la vie de Jésus, rencontre un succès dans le monde entier. En Suisse romande aussi, où elle a été projetée pour la première fois dans des salles de cinéma. Aigle (VD) a récemment accueilli quelques dizaines de spectateurs.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    L’adieu au rêve

    16-07-2024

    L’adieu au rêve

    Un jeune amateur de sport à la fin des années 1990 en Valais pouvait tout imaginer. Un feu d’artifice au-dessus de Valère et de Tourbillon plus imposant que celui du...

    Les oubliés des Jeux

    16-07-2024

    Les oubliés des Jeux

    Les perturbations politiques l’ont fait un peu oublier, mais Paris accueille dans quelques jours les Jeux olympiques d’été. Apparemment peu enthousiaste, la population redoute le chaos, quand d’aucuns parlent déjà...

    Dans nos campagnes (3/7): Le damasson, pépite à transformer

    16-07-2024

    Dans nos campagnes (3/7): Le damasson, pépite à transformer

    Le Valais a l’abricotine et Zoug le kirsch; le Jura a la damassine. Protégée par une AOP, cette eau-de-vie montre que le produit transformé compte parfois plus que le fruit...

    Maison de quartier aux Grottes

    16-07-2024

    Maison de quartier aux Grottes

    Depuis 28 ans, l’équipe de l’association de quartier Pré en bulle, à Genève, déploie toute sa créativité pour renforcer les liens sociaux et amener les habitants à se rencontrer. Des...

    150 d’impressionnisme: Louise Breslau

    16-07-2024

    150 d’impressionnisme: Louise Breslau

    Ayant grandi à Zurich avant de faire carrière à Paris, Louise Catherine Breslau (1856-1927) peut être considérée comme l’artiste impressionniste suisse la plus fameuse. Au MCBA de Lausanne, on admire...

    Saint-Loup soigne sa mue

    16-07-2024

    Saint-Loup soigne sa mue

    Santé et spiritualité ont fait la réputation du plateau situé sur les hauts de Pompaples. Pour ne pas la perdre, la communauté religieuse qui s’y est installée en 1852 doit...

    Synode: déceptions à prévoir

    16-07-2024

    Synode: déceptions à prévoir

    La dernière étape du chemin synodal lancé par François ne répondra pas aux attentes de certains milieux. L’Instrumentum laboris qui servira de base de travail aux discussions de cet automne...

    TV: Quand le sport fait mal

    16-07-2024

    TV: Quand le sport fait mal

    Abus physiques, psychologiques, émotionnels et sexuels: les jeunes sportifs d’élite sont au cœur d’une véritable «course à l’armement sportif» et d’une course aux médailles. Enquête accablante et mise en lumière...

    L'animal du mois: Le sanglier

    17-07-2024

    L'animal du mois: Le sanglier

    Histoire Le sanglier. L’automne touche à sa fin, les arbres sont à présents dénudés, prêts à revêtir leur manteau d’hiver. Installé face à ce vaste horizon, je me laisse soudain surprendre...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés