Une vie baskets aux pieds Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • Quelle belle image que celle de Victor Kiplangat franchissant la ligne d’arrivée du marathon des Championnats du monde d’athlétisme dans son maillot jaune strié de noir et de rouge le 27 août: l’Ougandais de 23 ans termine son effort de 2h08’53’’ avec un large sourire aux lèvres. Avant de s’agenouiller pour prier, puis d’effectuer de petits bonds de joie. Tout en contraste avec les jambes flageolantes de l’Ethiopien Leul Gebresilase, troisième, arrivé peu après.

    Ces états physiques différents après 42 kilomètres donnent un sentiment d’injustice, comme lors des épreuves de vitesse où le premier semble souvent frais comme une fleur quand ses poursuivants sont exténués. Même à ce niveau, les coureurs ne sont pas égaux – les amateurs le savent déjà qui prennent le départ dans des conditions diverses: celle-ci a de meilleures chaussures, celui-ci a pu s’entraîner davantage, cet autre a des capacités physiques supérieures et celle-là est blessée.

    La course à pied est peut-être bien, de tous les sports, la meilleure métaphore de l’existence. Chacun part avec ce qu’il est et avec les atouts et les handicaps du milieu dans lequel il vient au monde. Amateur, et sans préparation d’ailleurs, il s’élance avec, mais pas toujours, le soutien de ses proches, un lièvre parfois, ou un coéquipier – l’effort est cependant, pour l’essentiel, solitaire. Et grande la tentation d’abandonner lorsque le corps se fatigue ou que la tête ne suit plus, lorsque tout ne se passe pas comme prévu.

    La course à pied est peut-être bien la meilleure métaphore de l’existence.

    Les abandons sont toutefois peu nombreux. Parce qu’il y a un but. Parce que des mains se tendent au long du parcours: celles de ravitailleurs officiels ou non, de supporters connus ou non, d’un concurrent qui a une phrase ou un geste d’encouragement. A l’arrivée ces choses-là, et les gestes altruistes que nous avons posés, comptent plus que les statistiques. «Le cœur avant le chrono», professe Sierre-Zinal – autre façon, peut-être, de dire que nous courons «pour une couronne qui ne se fane pas» (1 Co 9, 26). Puissions-nous, sans nous décourager, courir à notre rythme et franchir la ligne d’arrivée, le moment venu, avec le même sourire que Victor Kiplangat.

    Articles en relation


    Kevin Lötscher: le bonheur au bout du chemin

    En 2011, tout lui sourit: engagé par le CP Berne, Kevin Lötscher dispute le championnat du monde avec l’équipe nationale. Mais un accident de voiture brise le rêve du hockeyeur de 23 ans. Qui tente de s’y accrocher avant d’accepter son destin. Aujourd’hui, il est apaisé et heureux.


    Les casquettes d’Aurélie Lemouzy

    Elle est à la fois joueuse, arbitre et présidente de la Fédération suisse de rugby: à 35 ans, Aurélie Lemouzy vit sa passion de toutes les manières possibles. Professionnellement aussi, cette diplômée de Sciences Po Paris s’est toujours engagée pour la promotion du sport.


    Portrait: Patrick Testuz

    Un vent de liberté lorsqu’il enfourche sa petite reine et des héros qui sont des modèles: petit déjà, Patrick Testuz s’est passionné pour le vélo. Il en a fait son métier – pas à la force des mollets, mais du poignet: si le talent lui manquait pour devenir cycliste, il est devenu journaliste sportif.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    La tombe de Steeve

    11-06-2024

    La tombe de Steeve

    Steeve est mort il y a vingt ans, et je ne retrouverais pas sa tombe au cimetière. Pourtant je m’en souviens bien, de sa tombe. Et de cette croix de...

    Kevin Lötscher: le bonheur au bout du chemin

    11-06-2024

    Kevin Lötscher: le bonheur au bout du chemin

    En 2011, tout lui sourit: engagé par le CP Berne, Kevin Lötscher dispute le championnat du monde avec l’équipe nationale. Mais un accident de voiture brise le rêve du hockeyeur...

    Genève: les Juifs, jadis malvenus

    11-06-2024

    Genève: les Juifs, jadis malvenus

    Au 15e siècle, la Ville de Genève avait réuni la population juive dans un quartier spécifique dont les portes étaient fermées la nuit. A la demande d’élus, une plaque le...

    Portrait de l’Echo: Jen-Baptiste de Weck

    11-06-2024

    Portrait de l’Echo: Jen-Baptiste de Weck

    Il est attaché au sanctuaire marial de Bourguillon, car la Vierge y protège les Fribourgeois, parmi lesquels sa famille occupe une place non négligeable. Mais Jean-Baptiste de Weck est aussi...

    La plante du mois: Le tilleul

    11-06-2024

    La plante du mois: Le tilleul

    Plante et vertus L’odeur des fleurs éveille nos sens, nous prépare aux vacances d’été. Les fleurs du tilleul s’ouvrent vers la mi-juin, attirant par leur parfum fort et doux les insectes...

    Expo: les fééries d’Alexander Calder

    12-06-2024

    Expo: les fééries d’Alexander Calder

    A Lugano, le Museo d’arte della Svizzera italiana (MASI) propose une exposition monographique de très bonne qualité sur Alexander Calder (1898-1976). Entre mobiles et stabiles, il y a là un...

    Le déroutant fondateurs des mormons

    12-06-2024

    Le déroutant fondateurs des mormons

    Qui était Joseph Smith (1805-1844)? Le fondateur de l’Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours (les mormons) a eu une vie romanesque qui laisse pantois. Le bédéaste américain Noah...

    Liban: kleptocratie et confessionnalisme

    12-06-2024

    Liban: kleptocratie et confessionnalisme

    Depuis 2019, le pays du cèdre affronte sa plus grave crise économique et financière. Le Liban est au plus bas et sa population est l’otage d’une véritable mafia des générateurs...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés