8e édition d’Il est une foi Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Culture
  • Ces quatre films seront projetés à Il est une foi. Ces quatre films seront projetés à Il est une foi.

    Le miracle se retrouve au cœur du festival Il est une foi, le rendez-vous cinématographique de l’Eglise catholique à Genève. Du 3 au 7 mai, cette 8e édition convie à une réflexion sur l’émerveillement religieux à travers une programmation riche, des débats et des invités.

    Les miracles sont-ils un reflet de nos espoirs et de nos rêves? Ces événements qui défient la logique et les lois de la nature n’ont cessé d’inspirer les réalisateurs. Il n’est donc pas étonnant que le rendez-vous cinématographique de l’Eglise catholique romaine de Genève, festival dédié aux questions religieuses, s’empare de ce thème. Au préalable, il convient toutefois de se mettre d’accord sur une notion sujette à diverses interprétations.

    «Le miracle cinématographique se limitera à la définition stricte de phénomènes inexplicables qui semblent attester de l’intervention d’une force supérieure, peut-être de nature divine», expliquent Bertrand Bacqué, directeur artistique du festival, et Norbert Creutz, membre du comité et critique de cinéma au journal Le Temps. Pas question donc de considérer le fantastique et tout ce qui sort des sentiers battus, mais bien la rupture dans le cours naturel des choses. Le miracle peut ainsi prendre la forme d’un heureux hasard, d’une guérison mystérieuse ou d’une apparition céleste. Il brouille la frontière entre le sacré et le profane en insérant de l’extraordinaire dans l’ordinaire.

    Le meilleur moyen de représenter le miracle?

    Dès sa naissance, le cinéma n’a eu de cesse de surprendre le spectateur et de l’émerveiller en lui montrant l’inconnu. Difficile de ne pas faire le rapprochement avec le miracle, qui suscite l’étonnement lui aussi. Aux trucages des précurseurs comme Georges Méliès, Fritz Lang ou Cecil B. De Mille succède une représentation qui s’éloigne des seuls effets spéciaux, davantage ancrée dans le réalisme.

    «Le cinéma ouvre l’œil vers l’invisible et le hors-champ», développe Norbert Creutz, qui voit un avantage aux multiples points de vue du médium apportant subtilité et doute. Dans son ouvrage Cinémiracles. L’émerveillement religieux à l’écran, Timothée Gérardin insiste sur la prédisposition du cinéma à montrer le miracle mieux que les autres arts. «Le miracle ne peut être représenté que comme un point de rupture dans un univers ressemblant à la réalité», affirme le critique de cinéma, qui accompagnera cette 8e édition d’Il est une foi.

    Au-delà des représentations spectaculaires, comme la traversée de la mer Rouge dans Les Dix commandements (projection le 7 mai à 9h30), Timothée Gérardin recense trois caractéristiques du miracle dans le septième art. Tout d’abord, l’importance accordée au regard des témoins, un principe que l’on retrouve dans le chef-d’œuvre danois Ordet de Carl Theodore Dreyer (3 mai à 14h30). Ensuite, la tension entre un individu et la communauté. Finalement, en montrant des phénomènes inexplicables, «le miracle pose la question du sens» en justifiant l’acte de foi ou en critiquant son côté irrationnel.

    Un ancrage chrétien

    La majorité des 28 films projetés dans le cadre du festival possèdent un cadre judéo-chrétien. Un choix délibéré? «Notre définition du miracle est fortement liée à notre culture. Il était difficile de proposer des films qui sortent de ce cadre», précise Norbert Creutz. La tradition chrétienne est sans doute celle où l’idée de miracle a été la plus prégnante et la plus riche, continue de son côté Timothée Gérardin.

    Cela n’a pas empêché le comité d’Il est une foi de programmer des œuvres qui s’intéressent à l’envers du miracle, soit aux interventions de son pendant maléfique, le diable. Un sujet qui domine le film d’horreur américain depuis L’Exorciste de William Friedkin, le grand choc en 1973. Le film d’ouverture, Miracle en Alabama, d’Artur Penn (3 mai à 13h), va lui aussi à l’encontre du critère religieux avec un miracle laïc obtenu par la foi inébranlable en ses vertus.

    Il ne s’agit toutefois pas de réduire la notion de miracle au cinéma aux seuls films consacrés au sacré. Le propre du miracle est de survenir dans un contexte profane ou un ordre naturel donné pour bouleverser le pacte de foi sur lequel repose l’œuvre. Bien qu’agnostique, le cinéaste français Cédric Kahn ne cesse d’interroger la mystique, la foi et l’amour dans La Prière (3 mai à 19h45). Tout en laissant le soin au spectateur de croire ou non en la perspective d’une intervention divine.

    On le voit, les miracles créent tout un champ de possibles. Ils posent davantage de questions qu’ils n’apportent de réponses. Et ils restent plus que jamais d’actualité en continuant de fasciner les réalisateurs, comme l’attestent les nombreux films présentés au festival durant la dernière décennie.

    Steven Wagner

     

    Diversité de genres

     

    33C EM15Le festival Il est une foi, ou les Rendez-vous Cinéma de l’Eglise catholique romaine de Genève, mêle projections de classiques et débats qui interrogent le sens ainsi que la signification du miracle. Le festival genevois présente avant tout des œuvres qui touchent aux questions de société, à la dimension humaine et à la spiritualité afin d’inviter croyants, agnostiques et athées à dialoguer. Tous les films sont à voir aux Cinémas du Grütli à Genève (16, rue du Général Dufour). Une conférence inaugurale gratuite et sur inscription aura lieu au Centre de l’Espérance (8, rue de la Chapelle) le 1er mai à 19h30. 

     

    Articles en relation


    Cannes: Jury oecuménique

    En 1974, le Jury œcuménique du Festival de Cannes, qui se termine le 25 mai, remettait son premier trophée. Il a depuis distingué une longue liste de films pour leurs qualités artistiques, humaines et spirituelles.


    L’au-delà au cinéma

    L’au-delà occupe la place centrale de la 9e édition d’Il est une foi, le rendez-vous cinématographique de l’Eglise catholique romaine à Genève. Du 1er au 5 mai, le festival explore les multiples facettes de la vie après la mort à travers une sélection de films cultes enrichie de débats et d’invités.


    La lumière du Christ dans les salles obscures

    The Chosen, série américaine sur la vie de Jésus, rencontre un succès dans le monde entier. En Suisse romande aussi, où elle a été projetée pour la première fois dans des salles de cinéma. Aigle (VD) a récemment accueilli quelques dizaines de spectateurs.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    L’adieu au rêve

    16-07-2024

    L’adieu au rêve

    Un jeune amateur de sport à la fin des années 1990 en Valais pouvait tout imaginer. Un feu d’artifice au-dessus de Valère et de Tourbillon plus imposant que celui du...

    Les oubliés des Jeux

    16-07-2024

    Les oubliés des Jeux

    Les perturbations politiques l’ont fait un peu oublier, mais Paris accueille dans quelques jours les Jeux olympiques d’été. Apparemment peu enthousiaste, la population redoute le chaos, quand d’aucuns parlent déjà...

    Dans nos campagnes (3/7): Le damasson, pépite à transformer

    16-07-2024

    Dans nos campagnes (3/7): Le damasson, pépite à transformer

    Le Valais a l’abricotine et Zoug le kirsch; le Jura a la damassine. Protégée par une AOP, cette eau-de-vie montre que le produit transformé compte parfois plus que le fruit...

    Maison de quartier aux Grottes

    16-07-2024

    Maison de quartier aux Grottes

    Depuis 28 ans, l’équipe de l’association de quartier Pré en bulle, à Genève, déploie toute sa créativité pour renforcer les liens sociaux et amener les habitants à se rencontrer. Des...

    150 d’impressionnisme: Louise Breslau

    16-07-2024

    150 d’impressionnisme: Louise Breslau

    Ayant grandi à Zurich avant de faire carrière à Paris, Louise Catherine Breslau (1856-1927) peut être considérée comme l’artiste impressionniste suisse la plus fameuse. Au MCBA de Lausanne, on admire...

    Saint-Loup soigne sa mue

    16-07-2024

    Saint-Loup soigne sa mue

    Santé et spiritualité ont fait la réputation du plateau situé sur les hauts de Pompaples. Pour ne pas la perdre, la communauté religieuse qui s’y est installée en 1852 doit...

    Synode: déceptions à prévoir

    16-07-2024

    Synode: déceptions à prévoir

    La dernière étape du chemin synodal lancé par François ne répondra pas aux attentes de certains milieux. L’Instrumentum laboris qui servira de base de travail aux discussions de cet automne...

    TV: Quand le sport fait mal

    16-07-2024

    TV: Quand le sport fait mal

    Abus physiques, psychologiques, émotionnels et sexuels: les jeunes sportifs d’élite sont au cœur d’une véritable «course à l’armement sportif» et d’une course aux médailles. Enquête accablante et mise en lumière...

    L'animal du mois: Le sanglier

    17-07-2024

    L'animal du mois: Le sanglier

    Histoire Le sanglier. L’automne touche à sa fin, les arbres sont à présents dénudés, prêts à revêtir leur manteau d’hiver. Installé face à ce vaste horizon, je me laisse soudain surprendre...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés